Le quartier Reyers et son viaduc

Chers (futurs) amoureux de Bruxelles,

Depuis la semaine dernière, je vous retrouve tous les mercredis de midi à 13 heures sur les ondes de BXFM (104.3), pour vous parler de ma ville préférée, en compagnie d’Eric Demarbaix de Pages d’Histoire, de Marc Hermant et de Charles Pirmez. Les sujets abordés lors des émissions sont repris sur le blog de Once Upon a Time in Brussels…

Aujourd’hui, nous avons parlé de l’Histoire du quartier Reyers. Ce sujet est évidemment à mettre en lien avec la destruction du viaduc Reyers qui devrait se terminer à la fin de cette semaine.

Au 18ème siècle, on peut noter une augmentation démographique importante à Bruxelles et dans son agglomération. Néanmoins, la ville de Bruxelles, intra-muros, reste séparée des villages environnants par de vastes zones non-bâties. Par exemple, les étangs d’Ixelles constituent le cœur du village de cette future commune. Au siècle suivant, deux types de faubourgs commencent à se développer : les faubourgs industriels, surtout du côté du canal, au Nord et à l’Ouest, et puis les faubourgs résidentiels à l’Est et au Sud. L’impulsion est donnée par la destruction de la deuxième enceinte de Bruxelles, correspondant aujourd’hui à la petite ceinture, et à la construction d’un boulevard-promenade sur son tracé. La ville étant de moins en moins agréable à vivre, les classes aisées vont s’installer du côté de Schaerbeek, de Saint-Josse, du quartier Léopold, des Squares ou du quartier Louise.

20151104_Quartier_Reyers_Plan

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, ces nouveaux faubourgs deviennent le terrain de jeu du Roi Léopold II. Suivant ses rêves et ses aspirations, il mettra tout en œuvre pour embellir la capitale : création de perspectives, aménagement d’espaces verts, construction d’édifices publics monumentaux et mise en place d’une deuxième ceinture de boulevards, dans le but de structurer l’extension de la ville. Entre 1886 et 1914, on crée donc vingt-sept kilomètres de boulevards : de l’avenue Albert à l’avenue Van Praet. C’est dans ce contexte que le boulevard Auguste Reyers voit le jour, reliant le square Vergote à la place Meiser.

Dans les années ’20, on voit apparaître, sur le boulevard Reyers, des maisons bourgeoises et des hôtels de maître. Ils sont rejoints dans les années ’30, par des immeubles de logements multiples et des maisons de rapport. Après la deuxième guerre mondiale, on y construira de vastes immeubles à appartements et des immeubles de bureaux, sans oublier la Cité de la Radio et de la Télévision (plus d’infos dans l’article de la semaine dernière).

L’autoroute E40 est inaugurée en 1972. Elle bute littéralement sur le boulevard Reyers ! Ce qui nécessite un réaménagement total du quartier, afin de désengorger le carrefour formé par les avenues de Roodebeek, du Diamant et des Cerisiers. En cette période du « tout à la voiture », où le viaduc Léopold II faisant le lien entre le quartier Yser et la basilique de Koekelberg et facilitant les trajets entre le centre et l’Expo 58, constitue un exemple à suivre, l’idée de construire un viaduc sur le boulevard Reyers apparaît comme la bonne solution. Moins de deux décennies plus tard, on a déchanté. Le viaduc constitue, en effet, une rupture totale au sein du quartier, mais aussi la perte de prestige d’un boulevard qui avait le standing de l’avenue de Tervueren. Les comités de quartiers et l’ARAU, entre autres, se battent pour sa destruction.

Durant l’été 2014, après avoir découvert des fissures sur le viaduc, les autorités publiques décident d’entamer des travaux de rénovation. Un an plus tard, on réalise qu’il serait moins onéreux de détruire le viaduc et de réaménager le quartier. Le démantèlement du viaduc Reyers a commencé depuis déjà plusieurs semaines. Dans quelques jours, il ne devrait rien en rester ! Malgré quelques réticences, une majorité semble enchantée de cette décision, malgré les embarras causés par les travaux. Nous sommes impatients de découvrir les nouveaux aménagements, d’abord provisoires et prévus pour février 2016, en attendant les projets définitifs devant inclure la place Meiser et le Mediapark. Rendez-vous dans quelques années…

Du côté de BXFM, la semaine prochaine, 11 novembre oblige, il n’y aura pas d’émission. Nous vous retrouverons le 18 novembre pour entamer un cycle d’émissions autour de la Région de Bruxelles-Capitale. Chaque semaine, nous vous parlerons d’une maison communale bruxelloise. Rendez-vous mercredi 18 novembre à midi sur BXFM (104.3).

À bientôt pour (re)découvrir Bruxelles !

Virginie

Laissez un commentaire