Le Commune de Berchem-Sainte-Agathe – 1082

Chers (futurs) amoureux de Bruxelles,

Vous commencez à comprendre le principe, il me semble. Non ? Je vous réexplique alors ! Tous les mercredis de midi à 13 heures, je co-anime une émission sur l’histoire de Bruxelles sur les ondes de BXFM (104.3). Ensuite, je reprends le sujet abordé lors de l’émission pour en faire un article pour le blog de Once Upon a Time in Brussels. Il y a quelques semaines, nous avons entamé un cycle sur les communes bruxelloises. Nous vous avons déjà parlé d’Auderghem et d’Anderlecht (l’article arrive !). Hier, c’était au tour de Berchem-Sainte-Agathe.

Le nom de cette commune, située à l’Est de Bruxelles, apparaît pour la première fois au début du 12ème siècle. L’origine du nom est assez clair, berg signifiant « mont » et hem « maison »… Il s’agissait de désigner « la maison sur la montagne », puisque le noyau du village de Berchem s’est développé sur le sommet du versant de la rive droite du Molenbeek (qui est bien une rivière avant d’être une commune !). La mention de sainte-Agathe viendra s’ajouter au 18ème siècle, pour différencier les différents « Berchem » existants en Belgique.

20151202_Berchem_Villa_MarieMirande

La Villa Marie-Mirande à Berchem-Sainte-Agathe © onceinbrussels.be

Actuellement, Berchem-Sainte-Agathe est une toute petite commune de 2,9 km². Pendant l’Ancien Régime, cependant, le village de Berchem comprenait également Koekelberg. Durant la période française, à la fin du 18ème siècle, lors de la formation des communes, les deux territoires furent logiquement liés. Puis une mésentente s’installa entre les deux localités, dont les habitants avaient des modes de vie et des intérêts de plus en plus divergents. Berchem, restée rurale, était occupée par un certain nombre de villas, construites par de riches Bruxellois, tandis que Koekelberg avait une population importante d’ouvriers, c’est-à-dire de pauvres. En 1841, le divorce fut donc prononcé et Berchem perdît, volontairement !, une grande partie de son territoire.

Berchem est restée pendant très longtemps une commune rurale, peu peuplée. Au milieu du 17ème siècle, le village compte 174 habitants adultes et était constitué de trois fermes principales, de deux chaumières, huit brasseries, vingt-quatre auberges, dix-huit maisons d’artisans, d’un moulin à vent et d’un autre à eau. Au 19ème siècle, Berchem est encore un des plus petits villages de la région bruxelloise, malgré quelques signes d’industrialisation, avec notamment la présence d’une fabrique de céramique d’art et d’un atelier de faïences. Cette production est utilisée pour décorer les façades des villas de plaisance des Bruxellois aisés, construites à Berchem. On peut encore admirer, par exemple, la villa Marie-Mirande, au numéro 11 de l’avenue Selliers de Moranville.

20151202_Berchem_Zavelenberg

Site naturel du Zavelenberg et ses vaches ! © onceinbrussels.be

Berchem connaîtra un réel essor démographique après la Première Guerre Mondiale. Alors qu’elle ne comptait que 3.851 habitants en 1920, elle va dépasser les 19.000 habitants dans les années 1970. Cette pression démographique entraîne la multiplication des lotissements. Cela passera, entre autres, par la construction d’une Cité moderne, en 1923-25. Il s’agit d’un des premiers exemples d’architecture cubiste à grande échelle en Europe, selon les idées du Bauhaus. Avec ces nouvelles constructions, la commune perd peu à peu son aspect rural. Elle conserve malgré tout de nombreux espaces verts. Certains sont d’ailleurs intégrés dans la Promenade Verte de Bruxelles, comme le Bois du Wilder ou le Zavelenberg. Ce site naturel de quinze hectares et ses vaches, en pleine ville, peuvent d’ailleurs surprendre !

20151202_Berchem_MaisonCommunale

La Maison Communale actuelle de Berchem-Sainte_Agathe © Pages d’Histoire

Peu d’informations sont disponibles sur la première Maison Communale de Berchem-Sainte-Agathe, construite en 1900 et détruite en 1951. Elle était attenante à la seule école communale de l’époque. L’actuelle Maison Communale se situe avenue du Roi Albert. Elle occupe des bâtiments construits à l’origine pour abriter une fabrique de matelas. L’administration communale s’y est installée en 1951.

En enfin, rappelons que Berchem-Sainte-Agathe a vu naître Jean-Claude Van Damme : « J’adore les cacahuètes. Tu bois une bière et tu en as marre du goût. Alors tu manges des cacahuètes. Les cacahuètes c’est doux et salé, fort et tendre, comme une femme. Manger des cacahuètes, it’s a really strong feeling. Et après tu as de nouveau envie de boire de la bière. Les cacahuètes c’est le mouvement perpétuel à la portée de l’homme. »

Tant qu’on en parle, est-ce que ce n’est pas bientôt l’heure de l’apéro ? 😉

Si vous voulez en connaître plus sur la commune d’Etterbeek, rendez-vous mercredi prochain, le 9 décembre, de midi à 13 heures sur BXFM (104.3).

À bientôt pour (re)découvrir Bruxelles !

Virginie

Laissez un commentaire