La Commune d’Etterbeek – 1040

Chers (futurs) amoureux de Bruxelles,

Avez-vous eu l’occasion de nous écouter sur BXFM (104.3) ce mercredi de 12h à 13h ? Dans le cadre de notre cycle sur les communes bruxelloises, nous vous avons parlé d’Etterbeek. Vous pouvez retrouver plein d’information sur l’histoire de cette commune dans cet article.

Etterbeek occupe 3,2 km² sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. La commune s’est développée sur le versant de la rive droite de la vallée du Maelbeek, un affluent de la Senne qui prend sa source à l’Abbaye de la Cambre, passe par les étangs d’Ixelles, avant de filer vers le Parc Léopold pour rejoindre Schaerbeek.

20151209_Maelbeek_Map

La commune d’Etterbeek en Région de Bruxelles-Capitale, avec les deux noyaux villageois du Moyen-Âge : l’église Sainte-Gertrude et la Vallée du Maelbeek.

Etterbeek a peut-être un côté moins villageois que les autres communes bruxelloises. Nous avons, en effet, vu dans nos articles précédents, sur Auderghem et Berchem-Sainte-Agathe, qu’à l’origine, on retrouve souvent un hameau, qui constitue plus tard le centre de la commune. Pour Etterbeek, il faut distinguer deux implantations distinctes : l’église Sainte-Gertrude (place Van Meyel aujourd’hui) et le quartier de l’actuelle place Jourdan. Au Moyen-Âge, Etterbeek était déjà pourvue de plusieurs chaussées pavées, comme les chaussées de Wavre, Saint-Pierre ou d’Etterbeek (qu’on appelait plutôt de Tervueren à l’époque… pas si facile de s’y retrouver !). Pour autant, les activités de la population étaient clairement rurales : agriculture céréalière, élevage et pêche occupaient la population etterbeekoise. La vallée du Maelbeek était aménagée et exploitée. Charmante, elle attirait d’ailleurs les promeneurs Bruxellois, qui venaient se détendre dans les nombreuses auberges et brasseries des environs.

Etterbeek, peu touchée par l’industrialisation, va connaître une urbanisation plus tardive que certaines autres communes.  Avant le milieu du 19ème siècle, on dénombre trois ensembles urbains. Les deux premiers sont les héritiers des deux hameaux médiévaux. Il s’agit des alentours de la chaussée d’Etterbeek, dans la vallée du Maelbeek et les abords de l’église Sainte-Gertrude. Tandis que le troisième, le hameau de La Chasse, s’est développé plus tard. La commune va réellement commencer à s’urbaniser après l’ouverture de la gare du Luxembourg en 1854, sur l’emplacement actuel du Parlement européen et de son piétonnier. Cette urbanisation va s’accompagner de nombreux travaux dans la vallée du Maelbeek et du voûtement du cours d’eau. Dans le même temps, de nouvelles voies de circulation, comme l’avenue d’Auderghem, vont voir le jour et donner son aspect actuel à la commune. Un peu plus tard, ce sont les grands boulevards de ceinture (les boulevards Général Jacques, Louis Schmidt et Saint-Michel ou « boulevards militaires ») qui sont créés, ce qui permet d’urbaniser de nouveaux quartiers, comme la place du Roi Vainqueur. Progressivement, les populations plus aisées quittent le bas de la commune, sujette à de nombreuses inondations en raison du voûtement du Maelbeek. La forte croissance démographique de cette époque est évidente : on passe d’environ 5.000 habitants en 1860 à environ 45.000 habitants dans les années ’60 !

Le développement de la commune aura des conséquences sur les espaces verts, très peu nombreux à Etterbeek. Il faut noter que le Parc du Cinquantenaire et le Parc Léopold se trouvent sur le territoire de la Ville de Bruxelles. En revanche, on peut y admirer de nombreuses maisons, typiques de l’architecture privée du début du 20ème siècle et de l’entre-deux-guerres. Entre l’Éclectisme, le néo-Gothique, le néo-Renaissance, l’Art Nouveau, l’Art Déco et le Modernisme, de nombreux styles y sont représentés. La plus fameuse étant probablement la Maison Cauchie, rue des Francs, dont la façade est presque complètement recouverte de sgraffites.

L’église Sainte-Gertrude est intimement liée à l’histoire de la commune. Pourtant, aujourd’hui, seules ses cloches sont encore visibles sur la place Van Meyel. Une histoire de construction, de reconstruction, de destruction et d’effondrement ! La première église romane fut remplacée par un nouvel édifice au 17ème siècle. Et puis, une nouvelle église fut construite en 1885. Jean d’Osta, dans son Dictionnaire historique des Faubourgs de Bruxelles, affirme même que, durant quelques années, Etterbeek était dotée de deux églises Sainte-Gertrude : l’ancienne, délabrée, et la nouvelle, en voie d’achèvement ! Au début des années 1990, cette église (où je fus baptisée, figurez-vous !) menaçait de s’effondrée. On décida donc de la démolir (faut-il y voir un signe concernant ma foi !?!).

Je pourrais encore vous parler de la Cité Jouët-Rey, du Collègue Saint-Michel ou de l’architecture militaire monumentale, particulièrement présente dans la commune, mais j’ai l’impression de vous avoir donné suffisamment d’informations pour aujourd’hui ! Peut-être que la commune de mon enfance fera l’objet d’un deuxième article…

20151209_Etterbeek_MaisonCommunale

La Maison Communale actuelle d’Etterbeek, avenue d’Auderghem © Pages d’Histoire

Je ne peux pas vous laisser sans aborder l’histoire des maisons communales de la commune. Un peu comme pour l’église Sainte-Gertrude, tout est affaire de construction, de reconstruction et de destruction (mais, pas encore ?, d’effondrement !). À partir de 1830, les autorités communales tiennent leurs séances dans une salle de la vieille auberge qui se trouvait à l’emplacement de la future Maison Communale, sur la future avenue d’Auderghem. Entre 1860 et 1862, après que l’auberge ait été détruite pour cause de vétusté, une première Maison Communale est bâtie. Pour vous faire une idée, elle ressemblait un peu à la Maison Communale de Watermael-Boitsfort aujourd’hui. En 1958, on inaugure, au même endroit, une nouvelle Maison Communale, à laquelle on adjoint une première aile, abritant les services administratifs, en 1978 et une seconde, abritant les services de police, en 1982. Il y a quelques années, les pouvoirs publics ont annoncé leur volonté de transformer « Les Jardins de la Chasse », un quartier de 3 hectares situé entre l’avenue des Casernes, la rue Beckers et la rue de Haerne. Les nouvelles structures accueilleront un nouvel Hôtel Communal, l’ensemble des services à la population, dont le CPAS et les services de police, une crèche, un espace vert, 500 emplacements de parking, etc. Un projet ambitieux qui devrait être finalisé en 2019. Une question demeure : que deviendront les bâtiments de l’avenue d’Auderghem ?

Mercredi prochain, nous vous parlerons d’Evere, une commune assez discrète et plutôt méconnue. Envie d’en connaître d’avantage ? On se retrouve le 16 décembre de midi à 13 heures sur BXFM (104.3).

À bientôt pour (re)découvrir Bruxelles !

Virginie

Laissez un commentaire